Contributions
 
Mardi 13 septembre. La faune bourgeoise a envahi la morgue principale de Brazzaville pour la levée de corps de l’un des siens. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est ici, à la morgue, que les poitrines fatiguées ou flasques, que les corps esquintés par le tracteur de l’hydroquinone, renaissent. Que des décolletés déroutants ! « Dieu est mort. Alors tout est permis. » Dostoïevski et Nietzsche avaient vu juste. Après tout, l’humilité n’est qu’un affluent de ce grand fleuve qu’est l’orgueil. Ce qui doit être un lieu de recueillement est en réalité, à Brazzaville, une sorte de montée des marches cannoises. Chacune n’y vient que pour exhiber ses rondeurs ou sa poitrine. Oui, faire fantasmer est le premier des objectifs.










 

album photo


zoom

recherche
 


newsletter

en bref
 
le monde de jules

blogs

communiqués